Certificat de capacité: n°17-247 - activité d élevage félin | SIRET: 53314117200015

06 21 27 42 90

sens-chat
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail

Le toucher et sensibilité

Le chat est équipé de récepteurs tactiles et sensoriels ( donne les informations température, douleur ) qui lui permettent d’être informé sur la manière dont son environnement l’affecte.
Sa peau et ses poils perçoivent le mouvement.

vibrisse chat
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail

Les vibrisses

Les vibrisses sont ultra sensibles ( grands poils des moustaches, du dessus des yeux, du menton et des joues ), elles ont un rôle très important.
Ces dernières permettent au chat de « sentir, ressentir » tout ce qui se passe autour de lui. Des poils similaires se trouvent à l’arrière des pattes avant.
Les vibrisses sont opérationnelles dès la naissance du chaton, elles sont implantées trois fois plus profondément dans la peau que les autres poils et ont hérité d’un réseau nerveux beaucoup plus dense à la racine.

Au moindre déplacement ou inclinaison de vibrisse, les récepteurs de la base sont activés. C’est ce qui permet au chat de « ressentir » son chemin dans l’obscurité, dans les passages réduits et quand il ferme les yeux pour traverser des végétaux pouvant être dangereux.

Les vibrisses sont donc un « genre de radar » opérant tout autour de sa tête.
Leur sensibilité permet au chat de détecter le moindre déplacement d’air autour d’un objet.

C’est probablement cette faculté qui permet au chat aveugle d’éviter les obstacles comme « automatiquement ».

Les coussinets

Les terminaisons nerveuses sensorielles des coussinets permettent au chat de détecter la plus infime vibration de sol provoquée par une éventuelle proie en mouvement à proximité.

Les autres régions sensibles au toucher et à la température sont le nez et la lèvre supérieure.

La vue du chat

tapetum-lucidum-chat
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail
Les yeux du prédateur sont extrêmement sensibles au mouvement et s’adaptent parfaitement à l’intensité lumineuse. Ils sont positionnés de face à l’avant du crâne.
Il a une très bonne vision tridimensionnelle et son champ de vision est d’environ 180°.

L’iris ( membrane qui se dilate et se contracte pour découvrir plus ou moins la pupille ), qui se dilate en fonction de la luminosité et le tapetum lucidum sont des éléments clés dans la capacité de vision du chat

De près, les chats n’ont pas une vision très claire, ils ne voient nettement qu’entre deux et six mètres.

La vision nocturne

Contrairement à la croyance populaire, le chat est incapable de voir dans l’obscurité totale.
Par contre, quand la luminosité est faible, le chasseur nocturne qu’il est se retrouve dans « son élément ».
Le tapetum lucidum est positionné derrière les bâtonnets photosensibles qui composent la rétine. Il agit comme une sorte de miroir, c’est cette couche réfléchissante qui accroît sa sensibilité et améliore l’image reçue. ( Dans la pénombre, le chat a eu vision à peu près 50% supérieure à celle de l’humain )

L’ouïe du chat

maine coons blanc non sourd
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail

Attitude typique de chats à l’écoute :D

L’ouïe du chat est parfaitement développée à l’âge de un mois, mais le chaton réagit au son à cinq jours et il est capable de se diriger vers eux à quinze jours.
Le chat possède une oreille efficace, même au repos, il est capable de localiser la source des sons environnants avec précision sans avoir besoin de « lever un sourcil ».
Le chat est encore plus sensible que le chien aux ultrasons.
Le pavillon de l’oreille est doté de plusieurs muscles ( plus d’une douzaine ) qui lui permet d’effectuer une rotation de 180° pour l’orienter vers des sons distants afin de les canaliser et de les amplifier dans l’oreille interne, là où les sillons du pavillon décomposent les sons et indiquent au chat leur provenance.
C’est dans l’oreille interne que se trouve l’appareil vestibulaire, il indique au chat la position de son corps dans l’espace.

A côté du chat, l’humain fait figure de sourd avec un seuil de perception plafonnant autour de 20 000 Hertz. L’oreille du chat perçoit les sons entre 30 et 65 000 hertz.
( La fréquence d’un son dépend de sa vitesse de vibration et de son intensité, elle se mesure en cycles par seconde ou Hertz )
Cela indique que le chat évolue dans un univers sonore bien différent de celui que connaît l’humain. Entre les deux perceptions, il y a un écart de deux octaves.
Les chats réagissent à des sons et ultrasons totalement inaudibles pour l’homme.
Le nerf auditif du chat est composé de plus de quarante mille fibres. ( l’homme en a trente mille )

Avec la vieillesse, le chat est fréquemment sujet à une surdité qui survient progressivement. ( Lorsque l’heure arrive, il est bon de contrôler ses sorties. Est-ce que ses escapades à l’extérieur mettent sa vie en danger ? …)

Bien que l’ouïe soit un sens essentiel, le chat sourd à la naissance n’est pas réellement handicapé. Comme le chat aveugle, il compense très bien avec ses autres sens.
Par contre, pour une reproductrice, la surdité est un vrai handicap qui va affecter la qualité des soins maternels puisque la chatte est dans l’incapacité d’entendre ses chatons quand ils lui réclament aide ou nourriture. ( Il est donc évident qu’une femelle sourde doit être stérilisée d’office … )

Cela dit, que le chat soit aveugle, qu’il soit sourd de naissance ou à cause de l’âge, pour sa sécurité et son confort, mieux vaut le garder à l’intérieur ou lui aménager un enclos sécurisé ou il pourra sortir prendre l’air librement sans risque d’agression par un congénère et sans « accident de la route ».

Le goût et l’odorat

Le goût est étroitement lié à l’odorat.
Le nez du chat est constitué d’un dédale d’os et de cavités servant à réchauffer et à humidifier l’air inspiré. La zone olfactive tapisse tout l’intérieur de son nez ( une muqueuse de plus de deux cent millions de cellules, c’est deux fois plus que chez l’homme )

Le chat se sert de son odorat pour pister ses proies et explorer son environnement. ( et accessoirement à détecter et à identifier les territoires d’autres chats )
Même à quelques jours seulement, l’odorat du chaton est déjà très développé, il prend conscience de l’odeur de sa mère et de son nid et il s’en sert pour se diriger vers la mamelle nourricière.

L’utilité principale de l’odorat est de recueillir des informations sur le monde extérieur par l’intermédiaire des « renseignements olfactifs ». ( C’est de cette manière que le chat enrichit sa « base de données » hyper détaillée d’odeurs )

organe-jacobson
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail
En supplément, il a un organe supplémentaire ( l’organe de Jacobson ) pour identifier les odeurs et les goûts. Il est placé juste derrière et au dessus des dents de devant, cela permet au chat de prélever des particules odorantes.

Il fait le lien entre l’odorat et le goût.
Il est aussi tapissé de cellules olfactives qui stimulent la zone du cerveau associé à l’appétit et à la reproduction.

L’organe de Jacobson est stimulé par pression de la langue.

La langue

Comme l’humain, la langue du chat est recouverte de papilles gustatives ( servant à l’analyse du goût des aliments ). Quand le chat mange, une partie des aliments est décomposée en substances chimiques par la salive. C’est ce qui stimule les papilles.
Les papilles sont spécialisées dans certains goûts en fonction de leur localisation sur la langue, c’est la combinaison des informations qui indiquent au chat un goût spécifique.

D’une manière générale, le chat apprécie de varier ses repas et a une préférence pour les aliments les plus carnés, les plus gras, les plus odorants, et de texture à la fois croquante et tendre.

Pin It on Pinterest

Share This