Certificat de capacité: n°17-247 - activité d élevage félin | SIRET: 53314117200015

06 21 27 42 90

L'alimentation du chat la mieux adaptée: Repas de viande crue pour les petits fauves la chatterie
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail

Comment offrir à son Maine coon ( ou tout autre chat ) une nourriture équilibrée ?

Parce que la nourriture industrielle est souvent mise en cause comme responsable d’allergies ou autres problèmes de peaux ou buccaux ( mauvaise odeur, perte de dents prématurée …), de gaz intestinaux malodorants, de perte de poils excessive, qu’elle contient des additifs rendant nos « animaux familiers » dépendants à ce type d’alimentation et qu’elle a été au cœur de scandales tel que « contamination de l’alimentation pour les animaux à la dioxine ».

Quelle est l’alimentation la plus appropriée à la physiologie du carnivore strict qu’est le chat ?

Il est évident que la question s’adresse au chat domestique n’ayant pas accès à l’extérieur, puisque dans la nature, son congénère « d’extérieur » va chasser d’instinct la nourriture la mieux adaptée à son système digestif ( rongeurs divers, jeunes lapins, petits oiseaux … ).

Des régimes avec pour base de la viande fraîche crue ont été mis au point afin de se rapprocher au mieux des besoins spécifiques du chat et de lui assurer une croissance lente qui permettra un bon développement de son squelette, de ses ligaments et de sa musculature ( à l’opposé d’une alimentation exclusivement industrielle comme les croquettes et pâtées … )

Le régime idéal pour un chat qu’il soit adulte ou chaton se compose donc de viande, d’abats et d’os.

Le régime BARF

( « Biologically Appropriate Raw Food » ou « nourriture crue biologiquement appropriée » ) Initialement mis au point en Australie, le « BARF » a été composé pour le chien afin de respecter son métabolisme de carnivore.

La constitution d’un repas BARF idéal additionne de la viande crue ( comme source de protéines principale ), des os, des abats, des légumes et fruits ( pour l’apport en vitamines ), des yaourts pour l’apport de probiotiques ( bactéries existantes dans la flore intestinale qui aident à la digestion ) et des œufs ( considéré par les nutritionnistes comme une protéine de référence ).

Pour un carnivore strict comme le chat, le bon sens et la réflexion s’appliquent.
Puisque l’idée est de se rapprocher d’une alimentation la plus naturelle possible.
Il faut réduire le ratio de viande et d’os ( parce que le chat a des besoins en calcium et en phosphore moins élevés que le chien et cela lui permet d’éviter toute « impaction » intestinale comme des occlusions par exemple …)à hauteur de la taille de l’estomac du chat, ainsi que supprimer les fruits, les légumes et les yaourts.

En transposant la base du régime BARF pour le chat, on obtient le « RAW FEEDING ».

Le « RAW FEEDING »

Il reprend la base du BARF : La viande crue, les os ( qui peuvent être des cous ou des ailes ), et les abats.
L’objectif est simple : Reconstituer une proie potentiellement chassée en additionnant différents os et morceaux de viande ( viande qui sera donc majoritaire dans la composition du repas ).
Dans le cas du « raw feeding », le seul supplément indiqué est l’œuf.
Avec un régime de ce type, le chat est assuré d’une très bonne santé buccale ( contrairement à une alimentation purement industrielle ).

Alimentation du chat: Concrétement, quelles viandes peut-on leur donner ?

On peut donner à son petit félin du poulet, de la dinde, du pigeon, du bœuf, de l’agneau, du lapin, du cheval, de la caille, du chevreuil, du kangourou et bien d’autres … ).
Pour ce qui est de la partie « abats » ( la source de taurine par excellence. La taurine est un acide aminé qui joue un grand rôle sur la santé cardiaque ), le coeur, le foie et les rognons conviennent très bien.
Il ne faut pas oublier que viande et abats se consomment crus afin de conserver leurs propriétés nutritives essentielles.
( A noter : Ne pas donner d’os de mammifère herbivore ).

Comment concevoir les repas d’une journée ?

Exemple :
Si on prend une base de trois repas par jour ( il est également possible d’adapter à deux ou même un seul repas selon les spécimens … )
Le matin : Viande
Le midi : Abats
Le soir : Os

Pour les chatons, multipliez les repas par deux. Si ils sont réticents à cette alimentation, ( parce que d’une manière générale, ils n’accepteront de manger des abats qu’une fois « rôdés » à leur régime viande crue ), vous pouvez pendant une période hacher la viande et les os ( cous, ailes de poulet …) pour mixer le tout.

Pour les quantités, à vous de juger en fonction de la race et du rythme de vie des animaux concernés …

Prenez le temps de parcourir les sites web et forums dédiés, vous y trouverez plein d’idées pour varier les menus ainsi que beaucoup de retours d’expérience

Le « WHOLE FEEDING »

La deuxième bonne option.
C’est le deuxième régime qui nous intéressent pour nos carnivores domestiques.
Le principe est d’offrir au chat une alimentation se rapprochant encore plus du naturel que le « raw feeding » ( mais concilier les deux est très bien ! )
On donne au félin des proies entières qui n’ont été ni vidées, ni déplumées, telles qu’elles seraient si le chat les avait chassé dans la nature.

La conclusion est simple :
Si vous souhaitez optimiser l’alimentation de votre animal, offrez lui ce qu’il y a de mieux !!
Il sera mieux dans sa peau, développera un plus beau poil, aura plus d’énergie, bénéficiera d’une digestion facilitée et arborera un joli sourire tout plein de dents en pleine santé :D.

Si vous souhaitez que votre félin domestique assimile mieux ses repas et que vous voulez vous y mettre, n’oubliez pas que le chat, par son métabolisme ne doit jamais rester à jeun plus de vingt-quatre heures ( à cause du risque de développer une hépatite lipidique ).
Même s’ il boude sa nouvelle « gamelle » au début, mélangez progressivement la viande avec les croquettes ou pâtées industrielles jusqu’à suppression de ces dernières.

La réalité :

Il est tout de même vrai que des diètes « raw feeding » et « whole feeding » ont un coût un peu plus élevé et demande un temps de préparation par rapport au fait de se contenter de verser des croquettes dans un récipient …
Mais, en parcourant les sites traitant du « raw feeding » et du « whole feeding », vous trouverez sans mal des adresses de fournisseurs de viande comme des abattoirs ou des sociétés spécialisées dans la viande congelée ( poussins, pigeons, cous de canard, …) pour fauve, chien, furet … qui pratiquent des tarifs très attractifs ( vous pourriez être surpris !!  😉  )

Si vraiment pour une raison ou une autre, il vous est impossible d’introduire la viande au repas de votre chat, privilégiez tout de même l’alimentation humide avec des boites de viande mixées ( de qualité, celles étiquetées « aliment complet », pas les « compléments de repas » ) et des croquettes dites « de qualité » ( premium ) . Des croquettes avec des ingrédients naturels et sains sans arôme, sans colorant artificiel, sans conservateur avec de la viande à consommation humaine et dont la composante principale ne doit surtout pas être du riz ou autre céréale…
( Il existe plusieurs marques qui proposent des croquettes sans céréale !! Si vous ignorez ou vous les procurer, contactez-nous, nous vous conseillerons )

Les conseils de base pour le « raw feeding » et le « whole feeding » :

  • Penser bien à servir de la viande fraîche à température ambiante ( jamais froide, votre chat déteste ça !… Lorsqu’il mange une proie chassée dans la nature, elle est encore tiède ! ).
  • Congeler les rations à l’avance pour ne pas être pris au dépourvu.
  • N’utilisez pas le micro-ondes même en « décongélation » pour être sûr de ne pas cuire la viande, et surtout pas pour décongeler des os ( cela les rend cassants et pointus ).
  • Étant donné que le chat est incapable de fabriquer naturellement la taurine dont il a besoin, il faut lui apporter dans son alimentation ( il trouvera l’apport en « taurine bio » dont il a besoin dans toutes les viandes, mais surtout dans le cœur de bœuf ).
  • Pour garder la totalité des bénéfices de l’apport taurin, il est important de ne pas découper ou hacher la viande ( sinon, la taurine s’oxyde ! ).
  • Ne pas servir au chat de viande faisandée ( si c’est le cas, mieux vaut la donner au chien, à qui cela ne pose pas de problème ).

Niveau quantité:

Le bon sens doit encore primer, vous connaissez votre chat, vous adapterez donc en fonction de ses besoins énergétiques ( surveillez son état de forme général et son poids, les indications sont là … ).

Pin It on Pinterest

Share This